Alde Harmand : Portrait

Interview réalisée en juillet 2013

Afin de mieux vous faire connaître vos conseillers généraux, nous vous proposons une série de portraits des élus du groupe socialiste et républicain. Rencontre aujourd’hui avec Alde Harmand, Vice-président du conseil général délégué au tourisme, président de l’Agence départementale de Tourisme.
Alde, quel a été l’élément déclencheur de votre engagement politique ?

J’ai commencé à m’intéresser à la politique à l’adolescence, mais l’idée de m’engager concrètement au service de mes concitoyens ne m’avait jamais effleuré l’esprit.

En 2001, Gérard Howald m’a proposé de rejoindre la liste menée par Nicole Feidt. J’évoluais à l’époque depuis plusieurs années dans le milieu associatif culturel, à la fois à Toul et à Nancy. Une nuit de réflexion m’a suffit. Le lendemain, j’acceptais la proposition pour être placé en 12ème place de la liste. Puis je me suis investi dans la campagne électorale, et j’ai eu la surprise d’être finalement placé en 9ème place, me voyant offrir par Nicole Feidt le poste d’adjoint au patrimoine, au tourisme et au commerce.

On pourrait qualifier cette vocation de tardive (j’avais 31 ans à l’époque), mais je me suis très vite « pris au jeu » ! En 2004, ma candidature à l’élection cantonale sur le canton de Toul Sud ne me donnait pas gagnant, loin de là. Et j’ai pourtant remporté le 2nd tour à 54% face à Jacques Gossot.

Qu’est-ce qui vous anime en tant qu’élu local ?

Sans hésiter, la proximité avec les gens ! Mon rôle d’élu local consiste à écouter les citoyens pour prendre en compte leurs besoins et ainsi répondre au mieux à leurs attentes. C’est cette action très concrète qui m’anime au quotidien.

Quel regard portez-vous sur la politique menée depuis 1998 par l’équipe autour de Michel Dinet ?

Notre majorité a mis en œuvre depuis 2001 une politique de gauche ambitieuse qui a permis de changer le quotidien des Meurthe-et-Mosellans dans de nombreux domaines : collèges, transports, solidarité, insertion… Le dialogue avec les communes a aussi fait émerger la co-construction de projets de proximité dans un esprit d’efficacité et d’égalité entre les territoires.

Malheureusement, les contraintes financières d’une extrême violence qui pèsent sur les départements nous obligent aujourd’hui à faire des choix difficiles. A contrecœur.

Vous êtes vice-président en charge des questions touristiques. Quelle stratégie est mise en œuvre pour promouvoir la Meurthe-et-Moselle au-delà de ses frontières ?

Comme je le disais, notre majorité doit procéder aujourd’hui à des choix financiers difficiles pour préserver un équilibre budgétaire, puisque les allocations individuelles de solidarité grèvent considérablement les budgets.

La politique touristique n’a pas échappé à cette réduction de moyens, c’est pourquoi nous développons des moyens de promotion touristique innovants pour faire « mieux avec moins ». L’exemple le plus parlant est celui des Greeters.

Il s’agit de développer un réseau de Meurthe-et-Mosellans amoureux et connaisseurs de leur ville ou village, et prêts à le faire découvrir bénévolement à des touristes de passage. Ce réseau fonctionne par exemple très bien à Villerupt qui compte une douzaine de Greeters, ou encore à Lunéville. Et qui de mieux qu’un Meurthe-et-Mosellan pour faire découvrir la Meurthe-et-Moselle ? !

Nous travaillons aussi étroitement avec la presse. Tous les 2 ans, un rallye presse est concocté par nos équipes pour faire découvrir aux journalistes de petites pépites qui sortent des sentiers battus. Nous avons d’ailleurs été très sollicités cette année par les agences de presse qui relaient ensuite des articles dans les magazines de France, de Belgique et du Luxembourg.

Par ailleurs, notons que la promotion touristique de la Meurthe-et-Moselle passe aussi en grande partie par le site internet www.tourisme-meurtheetmoselle.fr

Qui est Alde Harmand en dehors de la vie politique ?

Je suis historien de l’art de formation et archiviste de métier. Je suis marié et père d’une petite fille. Je suis passionné par la gastronomie, l’Italie, le jardin, les fleurs et le patrimoine, notamment celui de ma ville ! Je commente d’ailleurs depuis mes 17 ans des visites du patrimoine de Toul et de la Cathédrale Saint-Etienne. J’occupe de temps à autre la fonction de commissaire d’exposition, me permettant de mettre en pratique ma formation d’historien de l’art et d’exercer ainsi ma passion !

ahPour finir, nous vous proposons de répondre à ce questionnaire de Proust :
  • Premier souvenir politique ? N’ayant que 11 ans en 1981, je me souviens davantage de la réélection de Mitterrand en 1988.
  • Dernier film vu ? En famille pour « Boule et Bill », qui m’a rappelé les BD de mon enfance et les années de ma jeunesse !
  • Dernière indignation ? L’affaire Cahuzac : le mensonge éhonté d’un seul homme qui a décrédibilisé toute une classe politique…
  • Fleur préférée ? Les roses anglaises.
  • Ce que vous détestez par-dessus tout ? La malhonnêteté.
  • Une devise ? « Servir »