Pierre Baumann : portrait

Interview réalisée en juin 2014 (mandat 2011-2015)

Afin de mieux vous faire connaître vos conseillers généraux, nous vous proposons une série de portraits des élus du groupe socialiste et républicain. Rencontre aujourd’hui avec Pierre Baumann, conseiller général du canton de Laxou, délégué aux Espaces Naturels Sensibles et aux usages des Hauts Débits.
Quel a été l’élément déclencheur de votre engagement en politique ?

Une véritable aversion pour le racisme et les discriminations. J’étais à la fac de droit et j’ai assisté à une réunion dont je suis revenu dégoûté, outré par le racisme ambiant.

Une amie, Sylvie ADLER, m’a ensuite fait connaître le Mouvement des Jeunes Socialistes et la section de Laxou m’a accueilli. Je suis entré au conseil municipal de Laxou en 2002.

Vous êtes conseiller général d’un canton urbain, comment percevez-vous votre rôle ?

C’est un challenge. A mon élection, c’était la première fois que le mandat de conseiller général était déconnecté du mandat de maire, puisqu’il avait été jusqu’à présent toujours détenu par un des maires des deux communes (Laxou ou Villers-lès-Nancy).

Pour se faire une place en tant que conseiller général, il n’y a pas de secret, il faut de la présence et de la communication et globalement, je m’en sors plutôt bien !

Vous êtes délégué aux Espaces Naturels Sensibles, en quoi cela consiste-t-il ?

Très peu de personnes connaissent les Espaces naturels sensibles et savent que c’est une compétence obligatoire du conseil général. Pourtant, on dénombre 215 sites dont 12 sites départementaux en Meurthe-et-Moselle. Ce sont des espaces fragiles, rares ou menacés qu’il est nécessaire de préserver. Notre mission consiste à diagnostiquer ces sites, établir un plan de gestion et permettre ensuite, si possible, une ouverture au public. La majeure partie de ceux-ci est des sites ruraux, mais aujourd’hui nous commençons à classer des sites urbains comme l’île du Foulon à Tomblaine, la Butte Sainte Geneviève à Essey, ou la Forêt des Fourrasses et du plateau de Villers.

Si notre action au conseil général est intéressante, bien évidemment cela ne suffit pas. L’environnement devrait être une matière fondamentale dans les programmes des écoles, il faudrait davantage enseigner pourquoi les ressources de notre planète ne sont pas inépuisables.

A l’échelon national, nous avons les réponses à la transition énergétique, nous avons les réponses pour préserver la biodiversité, mais nous nous heurtons aux lobbies économiques. Il nous manque malheureusement une véritable volonté politique dans ce domaine.

Quelle est pour vous l’action la plus emblématique portée par la majorité départementale ?

Le Haut Débit. C’est un bel outil d’aménagement du territoire, qui offre à tous et sur tout notre département information, culture, éducation, lien social… Il permet de réduire les inégalités entre l’urbain et le rural et d’équilibrer le territoire.

Et puis, le conseil général de Meurthe-et-Moselle s’est substitué ici aux entreprises commerciales qui ne voulaient pas investir dans un outil non rentable. Nous avons rempli notre mission et nous avons été brillants !

Qu’est-ce qui vous passionne dans la vie ?

L’histoire. Celle de ma commune, en particulier les 19e et 20e siècles.

Quelques questions selon le questionnaire de Proust :
  • Votre héro ? Le commissaire Maigret
  • L’événement historique que vous auriez aimé vivre ? L’exposition universelle de 1900
  • Votre film culte ? Les disparus de Saint-Agil
  • Votre dernier fou rire ? « Le permis de conduire » de Sylvie Joly
  • Votre dernière révolte ? La suppression de l’écotaxe

Pour finir, les 3 adjectifs qui vous définissent le mieux : disponible, bienséant… et pénible !