🚉 LIGNE 14 – Nancy – Vittel : Qu’en est-il ?

 LIGNE 14 – NANCY-VITTEL

Les débats autour de la ligne 14 avaient retenu l’attention des conseillers départementaux des cantons de Meine au Saintois et de Neuves-Maisons qui avaient déposé une motion à la session de décembre 2016, date de remplacement des trains par des bus “en raison de l’état de l’infrastructure”.

Au cours du dernier trimestre 2017, Gauthier Brunner, conseiller départemental délégué du territoire Terres de Lorraine, a participé à plusieurs réunions – organisées par les services de la Région Grand Est avec les élus du Saintois et de Moselle et Madon – affichant l’objectif de trouver un accord sur un temps de trajet attractif : Vittel-Nancy en 1 heure et Mirecourt-Nancy en 45 min. Cela nécessitant la réduction des arrêts entre la métropole nancéienne et les villes vosgiennes.

Dans ces échanges, les élus locaux ont réaffirmé à la Région leur volonté d’un service de transport ferroviaire optimal reliant Nancy et le secteur périurbain de Jarville-Pont-St-Vincent, ainsi que le besoin de mobilité des habitants du secteur rural (Saintois pour la Meurthe-et-Moselle), orienté aussi bien vers Nancy que Vittel. La proposition a été formulée de dissocier les mobilités semi-directes à vocation régionale et les mobilités omnibus dans le secteur périurbain (pouvant notamment s’appuyer sur le réseau de transport T’MM de la Communauté de communes Moselle & Madon).

Dans cette optique, 2 arrêts ont été identifiés entre Pont-St-Vincent et Mirecourt : les gares de Ceintrey et de Vézelise. Une demande complémentaire a été formulée : maintenir un arrêt à Diarville sur certains horaires pour les flux scolaires, en direction de Mirecourt particulièrement.

Nous resterons vigilants aux conclusions de ce dossier mené par la Région en lien avec la SNCF. Les réponses devront donc intégrer les besoins de mobilité des habitants et les intermodalités possibles pour un service de transport de qualité, dans le souci du service rendu à tous les habitants du territoire. Si la pression de la rentabilité est forte, elle ne doit pas éclipser l’objectif du service public qui doit être assuré pour tous de manière équitable.