[Tribune] Les Départements, maillon des solidarités

Tribune politique | Magazine Meurthe-et-Moselle | n° 79, Mars 2022

GROUPE SOCIALISTE, ÉCOLOGISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN


Depuis plusieurs mois, nous avons travaillé à l’élaboration du Projet Départemental qui a été adopté
par l’Assemblée départementale le 21 mars dernier.

Cette feuille de route formalise les engagements pris devant les Meurthe-et-Mosellan·e·s et nous lient pour les six prochaines années par un contrat démocratique auquel nous sommes profondément attachés.

Notre projet « Pour une Meurthe-et-Moselle audacieuse, solidaire et citoyenne » s’inscrit dans une histoire politique marquée par nos valeurs de solidarités humaines et territoriales tout en prenant la mesure des défis concrets d’aujourd’hui et de demain.

La Meurthe-et-Moselle est audacieuse ; le Département, en tant que rouage central de la cohésion sociale et territoriale, est un échelon de l’action publique. Son rôle singulier auprès des habitant·e·s comme des territoires suppose une volonté permanente d’adapter ses réponses aux enjeux sociaux, démographiques et environnementaux dans un mouvement constant vers le progrès et la justice sociale.

La Meurthe-et-Moselle est solidaire dans un contexte marqué par l’individualisme et le repli sur soi, nous faisons le choix assumé du collectif, c’est-à-dire d’un Département qui protège, accompagne, répare.

La Meurthe-et-Moselle est citoyenne, enfin, parce que, si nous croyons profondément à l’action publique, nous la concevons comme complémentaire d’une mobilisation de toutes et tous, acteurs de nos territoires.

De la naissance au grand âge, nous développerons toutes les politiques publiques qui ont un lien avec le quotidien et le parcours de vie de tou·te·s.

Nous condamnons le manque d’ambition du Gouvernement vis-à-vis de la politique de l’Autonomie des personnes âgées qui a renoncé au projet de loi « Grand Âge et Autonomie ».

Nous portons la volonté de construire une société inclusive en partant des besoins de nos aînés comme des personnes en situation de handicap. Nous soutiendrons l’émergence de solutions de répit des aidants, de mesures d’accompagnement des personnes en situation de handicap.

De la même façon, le Gouvernement n’a pas souhaité engager l’expérimentation du revenu de base pour les 18-25 ans plébiscitée par une vingtaine de Conseils départementaux. Pour notre jeunesse, nous mènerons deux chantiers d’envergure :

  • l’élargissement des conditions d’accès aux contrats jeunes majeurs avec la volonté d’accompagner les jeunes confiés à l’aide sociale à l’enfance départementale au-delà du couperet de la majorité.
  • La proposition d’expérimentation d’un revenu d’émancipation avec la volonté de permettre à tous les jeunes en situation de précarité de pouvoir se projeter et acquérir leur autonomie.

Nous militerons également pour le maintien de l’autonomie financière des Conseils départementaux.
En effet, année après année, l’État fragilise nos capacités à agir et à innover en nous privant de nos
recettes dynamiques de la fiscalité (perte de la taxe sur le foncier bâti) et en décidant unilatéralement de
nous faire supporter des dépenses sans concertation et sans compensation significative comme les Allocations Individuelles de Solidarité, la mise en place de l’avenant 43 dans les Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile et les Oubliés du Ségur.

Nous nous réjouissons de ces deux dernières mesures pour les salarié·e·s concerné·e·s mais nous dénonçons les méthodes employées par l’État qui visent à l’asphyxie financière des Départements et à les transformer en Agences de l’État.

Comme vous le constatez, nous sommes plus que jamais déterminé·e·s à faire vivre notre collectivité pour qu’elle soit plus que jamais audacieuse, solidaire et citoyenne.

Michèle Pilot, présidente, et l’ensemble des élu·e·s du groupe Socialiste, Écologiste, Républicain et Citoyen.

%d blogueurs aiment cette page :